La conservation-restauration des biens culturels consiste en la sauvegarde du patrimoine culturel matériel.

test

Cette discipline demande non seulement un savoir-faire technique, mais aussi des connaissances scientifiques, historiques et artistiques afin de choisir le traitement le plus adapté à telle ou telle œuvre ou situation. Chaque intervention a des conséquences sur le vieillissement d'une oeuvre et sur sa perception par les générations futures. Le conservateur-restaurateur s'engage donc à suivre un code de déontologie précis permettant de respecter la signification et les propriétés physiques de chaque objet.1 Ce code est définit par plusieurs textes nationaux et internationaux que le conservateur-restaurateur s'engage à respecter.


Toute intervention doit entre autre être documentée et suivre les préceptes fondamentaux suivants :

  • la compatibilité des matériaux et produits employés avec les matériaux constitutifs de l'objet traité. Ceci sous-entend que ces produits doivent être stables chimiquement et physico-chimiquement dans le temps ;
  • la réversibilité autant que possible des interventions effectuées ;
  • la lisibilité de l'intervention pour qu'il soit possible de différencier les parties d'origine et les parties restaurées ;

1Définition ICOM